Abris de guerre

Lundi 11 mai 2009, par Grenouille // Paname - 35 m

Ces abris furent créés dans un objectif commun, celui de servir de refuge en cas de conflit. Abris lors des bombardements, de défense passive pour la population, ou pour des membres du gouvernement en cas de crise pendant la guerre froide, ou pendant la seconde guerre mondiale.

Reprenant l’espace laissé dans les carrières sous Paris, les autorités ont construit des abris sensés protéger la population des bombardement et notamment des gaz mortel. D’autres devaient servir à abriter les autorités françaises en cas de crise nucléaire ou autre. Enfin, certains ont été occupés pendant la guerre par les différents belligérants. On en compte une dizaine "accessibles"sous Paris :
- L’abri des feuillantines sous la rue du même nom, véritable hôtel souterrain construit en 1942 pour le gouvernement de Pierre Laval (50 places tout confort), détruit à la libération.
- L’abri FFI, sous le lion de Denfert, QG des forces résistantes.
- L’abri Montaigne sous le lycée Montaigne, QG des forces d’occupation allemande.
- L’abri Ste Anne, sous l’hôpital Ste Anne construit dans d’anciennes caves de brasserie.
- L’abri Faco
- L’abri sous le Val de Grâce dont il ne reste que quelques cloisons, des bancs, et des canalisations.
- L’abri Lefevre, secret défense jusqu’en 1982, capable d’accueillir le ministère des transports (300 personnes), dont le groupe électrogène aura été testé 19 heures
- La poste dans le 13me
- Sous le boulevard Vaugirard, non loin de la salle du drapeau.

On y retrouve des escaliers d’accès souvent doubles facilitant l’accès, des portes blindées, des circuits d’aération ventilée actionnée par une machinerie composée de vélos ou de groupe électrogène, un réseau de communication. Parfois, ces abris sont seulement constitués d’une suite de salles plus ou moins aménagées ...

Répondre à cet article