Hautil 4

Jeudi 5 novembre 2009, par Grenouille // gypse

Sur le coteau, face à la Seine, une bouche de cavage au milieu des maisons dont le quai de chargement extérieur signale la présence. Le massif en truffé de carrières qui jadis formaient un vaste réseau.
- Hautil 1
- Hautil 2
- Hautil 3
- Hautil 5 : Carrière de la Frégate

Un tunnel, des rails, puis des galeries s’ouvrent à nous ...

La galerie d’entrée est bordée par les reliques d’un ancien quai de chargement reconverti en jardinière. Le ciel est bas et une petite voie de chemin de fer de type "Decauville" trône au milieu de la galerie. En suivant les rails, ça zig et ça zag un peu, puis la galerie prend du volume, pour aboutir dans un réseau plus vaste comblé de remblais marneux.

Les murs sont quelque peu gribouillés suite au passage de ceux qui sont venu y travailler ou s’y abriter.

- 1904 "Maillard" et son aérostat où sont visibles deux personnages, une bouteille et un drapeau, relatant l’épopée des premiers concours de vol de montgolfière du début du siècle.
- 1934 "Terreur Branlette" sur sa Terrot (un motard du dimanche ?)
- 1839 "Crhistophe Bailly" carrier
- 1922 "Eugène Maltran" carrier

Les arches de renfort sont marquées de lettres (A, B, C, D) indiquant les différentes galeries.

Comme dans le reste du massif, le gypse travaille et le ciel tombe en plaques. Le manque d’air peut rendre la progression difficile.

Répondre à cet article