Oise 2

Mardi 1er juin 2010, par Grenouille // Creutes

Il est bien grand ce massif ! Il en cache des trésors !

Quelque part entre deux axes routiers, dans les bois, une petite clairière s’ouvre à nous.

Nous sommes à une altitude de 110 mètres, dans le calcaire de St Leu, sur le sable de Cuise (ça c’est pour la rubrique géologie). Le front de taille le long de la clairière est géré par une association qui depuis quelques années œuvre à sa "remise en valeur".

Il a abrité pendant le premier conflit du XX ème siècle un hôpital militaire ainsi que la légion et les zouaves.

De belles sculptures ponctuent le calcaire :

- Le lion terrassant le dragon (symbole de la France terrassant l’ennemi allemand ?).
- Une tête de Zouave perdue dans les feuillages.
- l’emblème des Zouaves avec le croissant de lune et le "Z". [1]
- Un soldat casqué de la Légion avec la devise suivante : "PASSER JAMAIS !!".
- Un ange ailé en plein vol.

La fraicheur de la carrière invite à la visite, à s’enfoncer un peu plus sous terre. On y découvre une forêt de piliers hauts et fins dans une nature luxuriante de fougères et de racines (les arbres peuplant le "toit" végétal de cette carrière laissent pendre leurs racines comme des rideaux légers). Les vides sont aussi impressionnant que les arches de calcaire.

Cette partie fut exploitée jusqu’en 1960. La cessation d’activité est due à l’importance des vides d’exploitation et à des problèmes d’instabilité des piliers de soutènement. L’orientation est / ouest (ou levant / couchant pour les parigots !!) de cette carrière procure des jeux de lumière donnant de belles couleurs à la pierre.

Une partie plus sombre et traditionnelle fut le théâtre de la culture de champignons et d’endives jusque dans les années 70. Il reste quelques outils (tracteur, palettes), fantômes d’une technologie passée. On y trouve gravés dans la pierre quelques épures et graffitis reposant discrètement dans l’ombre.

Cette carrière aux multiples visages est intéressante par la diversité des volumes, des paysages et des vestiges tout en restant discrète.

......... refermons ce rideau de verdure, ce massif forestier est si vaste, nous y retournerons .................

Répondre à cet article