L’antre de Bacchus

Jeudi 10 février 2011, par Grenouille // Creutes

Sous le limon, la pierre.

Plus bas, la creute.

Dans l’ombre, Bacchus veille à la tranquillité des lieux, au repos des guerriers qui ont habité ses lieux.

Bacchus,

Dieu romain, du vin, de la fête, du théâtre et de la tragédie ...

... Tragédie d’une époque torturée dont les parois gardent la trace !

... A moins que cette sculpture honore la boisson du poilu : le pinard  !

L’entrée n’est pas accueillante, la pénombre devient reposante.

L’exploitation de cette carrière reste traditionnelle, avec ses longs couloirs aux murs aux milles écailles, où les blocs ont été extrait fins et hauts il y a bien longtemps.

Après les carriers, les militaires vinrent occuper les lieux . Ils y ont laissé entre autres quelques sculptures et dessins :

- une croix gravée dans la pierre.
- des panneaux indicateurs des axes et sorties.
- des dessins à la mine de crayon représentant des visages, une femme en bas.
- des cartouches indiquant des numéros de régiments.

De ce passé militaire, subsiste au ciel de carrière un "chemin" de plots de bois , vestige d’une ligne téléphonique ou électrique.

Des sorties sur le plateau se trouvent en différents points de la carrière, avec de magnifiques escaliers taillés dans la roche et ce tunnel se terminant aujourd’hui par une grille.

De massifs piliers maçonnés soutiennent la voute.

.... De paisibles rhinolophes occupent aujourd’hui les lieux, redonnant un aspect paisible à ces lieux .............

Répondre à cet article