Creute de l’obus

Mardi 15 février 2011, par Grenouille // Creutes

Le plateau est vaste. Les abords gardent les cicatrices de cette époque. Sur les coteaux, les sillons irréguliers conduisent dans le bois. Vestiges de boyaux et tranchées, où quelques obus rouillés bientôt centenaires montrent le chemin de la creute ...........

Aout 1914, Un mois après la mobilisation, les uhlans envahissent les villages.

Malgré les efforts de nos soldats, l’armée allemande tiendra la place, s’établissant sur les falaises, profitant des hauteurs pour y installer son artillerie.

Une seconde offensive où participèrent chasseurs et tirailleurs viendra au printemps 1917 bousculer les positions des armées.

L’armée allemande par deux fois reprendra ses positions sur le plateau avant la défaite de 1918.

De profonds sillons traversent les bois sur le coteau.

Quelques obus montrent le chemin de la creute  :

Une entrée aujourd’hui éboulée scelle du poids de la roche le mystère des lieux. D’anciennes sorties sur le plateau aujourd’hui comblées par la terre et les feuilles trahissent encore de ce passé tumultueux.

De cette occupation militaire (certainement allemande avant l’offensive de 1917) subsiste un magnifique autel.

Construit sur le front de taille, il est orné de deux colonnes :

- Sur la partie basse, elles enserrent les trois lettres "I H S" surmontées de la croix, monogramme du Christ.

- Sur la partie supérieure, une des deux colonnes est brisée. Un cœur gravé subsiste. Une niche sur le coté pouvait permettre d’y poser un cierge.

Non loin, le gardien du temple : une statue de soldat, en tenue, avec bottes et vareuse à boutons. La tête manque mais la prestance demeure. Ce soldat devait être allemand, comme le laisse présumer les inscriptions sur le cartouche à ses cotés.

Les lieux ont du servir de casernement. Il reste des parois de béton séparant de petites pièces ; des chambres sans doute. Certaines sont décorées de papier peint peint, aux motifs épurés : frise de pointillés noirs sur fond ocre.

Cette creute est aujourd’hui silencieuse et reposante, pourtant, pendant ces 4 années, l’enfer était juste à coté sur le plateau ............

Répondre à cet article