Le long de l’Aqueduc

Dimanche 3 juillet 2011, par Grenouille // GRS

Une partie des galeries souterraines du grand réseau se trouve sous les aqueducs du Loing, du Lunain et de la Vanne.

L’entrée vers ce réseau se fait par une porte basse.

De suite, l’humidité est présente !

De l’eau !! Parfois aux chevilles, parfois aux genoux, parfois plus haut !!

L’humidité est présente dans cette partie du réseau.

Les galeries sont partiellement noyées, l’eau glisse sur les murs. Il en résulte de magnifiques concrétions variées en formes et en couleurs. Au ciel, de petites fistuleuses laissent passer les gouttes qui musicalement tombent dans l’eau. Sur les murs, des cascades minérales parfois asséchées blanches, jaunes ... Au sol, quelques "œufs au plat". Sur cet immense escalier, la calcite a recouvert de son tapis blanc les marches.

Cette partie du réseau a fait l’objet d’une attention particulière.

Il est constitué d’une longue galerie rectiligne bordée de galeries dont quelques transversales permettent l’interconnexion. Les massifs piliers sont numérotés à l’aide de petites plaques émaillées à l’écriture blanche sur fond bleu. De nombreuses arches étroites et hautes se succèdent, chaque pied d’un coté de la galerie et la voute en guise de ciel. De larges arches bordent les axes.

Face à un grand escalier joliment concretionné, une plaque commémorative nous rappelle les œuvres de Charles Wickesheimer, dernier inspecteur du XIXème siècle. Au fil des galeries, la numérotation en plaques émaillées se mêle à une numérotation plus "simpliste" à la peinture et à la sanguine  !

Les galeries ont été pourvues de rigoles et de puits d’absorption afin d’éliminer les eaux d’infiltration. De larges et profonds puits maçonnés se trouvent dans de petites galeries transversales. Malheureusement, les boues et l’argile ont tendance à boucher certains puits et le niveau de l’eau monte parfois !

Au détour d’une galerie apparait Léon Dutilleul, qui comme dans la nouvelle de ce cher Marcel que nous aimons tous, resta à demi prisonnier de la pierre. Aujourd’hui, notre Garou-Garou a bien été maltraité par les visiteurs !

Plus loin vers le sud, sous d’anciennes fortifications, une grille et des meurtrières rappelle que les prussiens furent attendus en ces lieux il y a 140 ans .

Au loin, les galeries continuent ........ mais ceci est une autre aventure !

Répondre à cet article