Agalite du bout du monde

Mardi 9 août 2011, par Grenouille // Mines et carrières

Quelle est belle cette montagne ! Quelle est haute, pentue ...... et creuse !!

Les forets de Savoie recèlent encore bien des secrets sur les activités industrielles du siècle passé. Après avoir ouvert une nouvelle fois le livre sacré, de nouvelles pistes étaient à suivre .....à la recherche de l’Agalite des mines du bout du monde.

Les recherches furent laborieuses pour retrouver les traces de cette vie passée ! Les Oracles consultés, qu’ils en soient remerciés, la montagne livra son secret.

Dans les pentes abruptes le long du ruisseau, quelques bouches de cavage laissent passer cette haleine fraiche et particulière d’anciennes exploitations minières.

Ici, sous la mousse et la terre, les anciens venaient chercher l’Agalite. Le minerai a été extrait durant la première moitié du XX ème siècle. Une usine de transformation se situait dans la vallée. Depuis cinquante ans, la végétation a repris ses droit, les pierres roulent dans la montagne, détruisant (presque) toutes les traces !

Sur un replat, deux cabanes en partie détruites, des conduites d’air comprimé ou d’eau rouillées, des restes de piliers et de câbles servant à soutenir le transporteur aérien sont les seuls vestiges visibles dans la foret.

Les entrées se dispersent sur quelques mètres dans la falaise. Elles sont généralement à demi bouchées par des éboulis du terrain environnant. L’eau de ruissellement et d’infiltration limpide et froide se retrouve piégée dans les premiers mètres des galeries. De magnifiques portiques de bois tentent de soutenir la voute d’entrée, les pieds dans l’eau. De fins boyaux creusés dans la roche stérile croisent les veines de minerai. Les feuillets de pierre grise se détachent dans les galeries de minerai. Des piliers mis en échafaudage devaient certainement permettre aux ouvriers mineurs d’exploiter au mieux la puissance du filon. D’autres piliers mis en travers de la galerie servaient d’étais. Au fond d’une galerie, des troncs taillés sont alignés en attente de servir d’étais. Là, un reliquat de plaque tournante Decauville et un bidon métallique se parent de rouille. Au flanc de la paroi, un graffiti fait à la flamme représente le visage d’un fier savoyard. Il est signé des lettres "BCA BJF". Était-il Chasseur Alpin ? Durant le dernier conflit ? Dans une autre galerie, un éboulement aux mille reflets brillants laisse apparaitre au loin un tronçon de rail "Decauville" posé sur la tranche, terminant son existence dans la fraicheur. Sur la parois latérales, des chevilles de bois attendent que l’activité reprenne.

Les entrées se remplissent d’eau doucement et les "plic-ploc" sonorisent les lieux.

Les galeries s’enfoncent sous la montagne et le temps passant vite et de crainte de donner des inquiétudes au "Sherpa" m’accompagnant dans mes aventures savoyardes, la visite ne sera que partielle dans ce pittoresque réseau.

Il y a aussi les gnomes et autres lutins des montagnes, qui du fond de leur tanière observent les intrus casqués !! Gardiens des mines de montagne, ils jettent de temps en temps quelques fragments de roche ou donnent un coup de pied dans la montagne.

Mais ça, c’est une autre histoire .... .... ....

PS : Merci F, R, et sieur Parozan pour votre aide ...

Répondre à cet article

1 Message

  • Agalite du bout du monde 1er octobre 2011 12:21, par Upsacat

    Découverte toujours aussi surprenante des méandres souterrains de la terre et du passé. Une plume riche et sensible , des photos magnifiques, ne manque que le cri du Sherpa au fond des bois ;-)
    Petit complément étymologique : Georgius Agricola décrit ce minéral en 1546, mais il est connu depuis l’antiquité. Son nom vient du persan : /Talq/ طلق. Emprunté à l’arabe talq, le mot aurait été introduit par Bernard Palissy en 1560.

    Répondre à ce message


Derniers commentaires

1er/10 — Agalite du bout du monde — par Upsacat

Découverte toujours aussi surprenante des méandres souterrains de la terre et du passé. Une plume riche et sensible , des photos magnifiques, ne manque que le cri du Sherpa au fond des bois ;-) (...) Lire la suite »